Ubiquiti Unifi

Dès que l’on est un peu au fait des infrastructures réseaux, on se ressent assez vite limité par les outils de base fournis par nos chers fournisseurs d’accès internet. Les “Box” se sont largement améliorées en terme de fonctionnalité et de réglages, cependant elles souffrent toujours d’un manque crucial de personnalisation d’un point de vue technique.

Le plus gênant étant sans doute qu’une même fonctionnalité ne s’utilisera pas de manière identique suivant le modèle et la version de la Box. Je prends pour exemple les transferts de port. Sur Cybercable impossible de transférer autre chose qu’un port ou une plage identique en entrée et en sortie, sur certaines livebox, impossible de faire une ouverture en UDP et TCP sur la même redirection, sur d’autres modèles c’est possible. Et ce n’est qu’un petit exemple, on pourrait aussi penser à l’impossibilité de passer en mode modem sur les NB6 de SFR, et autres.

Enfin, une fois sorti de l’interface web, ne comptez pas faire grand chose.

Finalement, que recherche t on dans une solution réseau plus orienté TPE/PME/SOHO/Power User ? On recherche déjà de l’efficacité, de la fiabilité, une possibilité de faire des choses qu’on ne pourrait pas faire sur du matériel standard (monitoring, agrégat de liens, double WAN, load balancing, failover, etc…)

Evidemment, on recherche tout cela, sans avoir a se diriger dans des solutions trop coûteuses et techniquement inaccessible sans certifications spécifiques (Cisco & cie).

Il existe sûrement quelques solutions, mais, comme j’ai eu la chance de pouvoir tester la solution d’Ubiquiti Networks: Unifi.

La solution de base se présente sous la forme d’un routeur, l’Unifi Secure Gateway, d’un switch, d’un point d’accès sans fil et un contrôleur (on peut passer par l’achat d’un contrôleur Unifi, le CloudKey, ou en monter un maison sur la base d’un Raspberry Pi 3). Ce contrôleur est la clef de voute de l’installation et c’est lui qui va apporter un véritable plus à cette installation, tant en facilité d’installation et de configuration , ainsi qu’en monitoring et en gestion de site.

Tout d’abord, pour un usage de Power User ou SOHO, on en a pour son argent, et cette installation apporte un véritable “plus”. La configuration est simple et on peut meme s’entrainer au préalable en créans son compte sur le site d’Ubiquiti Networks, qui va par defaut vous ajouter son site “demo”. En plus de pouvoir naviguer et tester les fonctionnalités, vous pouvez vous laisser guider par un outil de formation, qui va vous expliquer en long et en large toutes les fonctionnalités, en avançant au gré des chapitres du “Unifi Learning Center”.

Alors, à quoi ça ressemble une fois installé justement? C’est vraiment au Top, l’interface d’administration est accessible via le web (utilisez de préférence Chrome ou Firefox pour y accéder), et via les Apps Ubiquiti Unifi sur l’App Store et sur le Play Store. L’interface est propre et bien lisible, les rubriques sont bien organisées. Il faut juste s’habituer au fait que “Devices” désignes les appareils qui seront contrôlées par le Cloudkey, et que vos appareils connectés sont dans la section “Clients”.

L’interface est très intuitive et se laisse facilement découvrir clic après clic. C’est avec une facilité assez déconcertante, une fois les appareils Unifi connectés, lancés et “adoptés” par la Cloud Key, que j’ai pu définir mon réseau local, organiser mes ip fixes, définir mes redirections de ports, créer un réseau wifi invité ouvert avec un portail captif et un mot de passe simple, nommer proprement tout mes appareils connectés, assigner des IP définies sur le DHCP à certains appareils.

Une fois cela fait, on peut obtenir des graphiques topologiques de son réseau, on peut regarder l’implantation et la portée théorique des points d’accès, en rapport au plan de ses locaux. Les possibilités de configuration et de réglage des outils Ubiquiti sont assez impressionnant.

 

Le plus impressionnant est que si vous voulez atteindre des réglages qui ne sont pas dans l’interface, vous pouvez totalement le faire en CLI (Command Line Interface / Terminal / Shell) via une connexion SSH. Une fois votre configuration spéciale faite aux petits oignons, ce sera à vous de générer un fichier de configuration sur mesure qui permettra au CloudKey de ne pas perdre vos réglages hors-GUI.

Tout est fait pour que vous puissiez configurer votre réseau tel que vous le souhaitez. Je n’ai malheureusement pas encore tout testé, mais j’ai été plus qu’impressionné par l’outil et ses possibilités, par la facilité de mise en oeuvre, et la quantité d’informations remontées.

Le matériel est vraiment complet, le routeur permet de gérer un double lien internet, aussi bien en Load Balancing, qu’en FailOver. Les switch, outre le fait d’avoir un voir plus de port POE pour alimenter le cloud key et les points d’accès sans fils, gère sans problème l’agrégation de lien ethernet, aussi bien en agrégation pure qu’en FailOver. Les bornes pro sont alimentées en POE et seront donc beaucoup plus faciles à installer, impliquant aussi une plus grande simplicité à masquer le câblage.

Clairement, tout ces appareils sont résolument tournés vers le monde professionnel et amènent des fonctionnalités avancées à un prix minime, ce qui peut être d’autant plus pour les TPE/PME qui ont toujours une vision obscure du matériel informatique. Les outils d’Ubiquiti, et son CloudKey amènent du concret et des informations lisibles pour des utilisateurs ayant des bases en réseau.

Pour des utilisateurs avertis, cette suite matérielle et logicielle amène de grande possibilités et une très bonne intégration visuelle dans votre maison/entreprise. C’est un must, et je pense qu’Ubiquiti est une solution à prendre en compte lors du prochain renouvellement de votre infrastructure réseau!

#pasunvotedadhesion

#pasunvotedadhesion

Voilà, ça y est, j’ai fait mon “devoir” (même si je ne crois plus trop à ce sens du mot devoir): j’ai voté!

J’ai beaucoup hésité ces deux longues semaines, et malgré la chasse aux sorcières contre les indécis, les propos véhéments et parfois déplacé contre les “ni-ni”, je suis de nouveau tombé dans le panneau d’un vote contre, comme les 3 présidentielles précédentes, sauf que cela fait beaucoup plus mal à sa démocratie lorsque l’on se rend compte de ce que l’on fait!

Donc, non, mon vote pour Emmanuel Macron n’est pas un vote d’adhésion, c’est la résultante d’un choix “iliadesque” entre Charybde et Scylla, le pire et le moins pire:

Le choix entre le parti de la haine, honte à la fraternité et à l’humanité, représentants des plus vils instinct animaux (encore que les animaux sont bien moins vils que les êtres humains), d’un diktat et d’un fascisme haineux du genre humain – et le représentant de la caste ploutocratique qui mène les gouvernements à la baguette, les force à suivre des directives, ou le peuple n’est plus qu’un tas de pions sur un échiquier, car les élus ne sont plus que des prestataires de service des intérêts financiers, en clair un fascisme moins haineux, plus dilué, mais un diktat économique tout de même ou les seuls intérêts que cette caste servira sera ses propres intérêts, laissant sur le bord de la route de plus en plus d’honnêtes gens, travailleurs, entrepreneurs, qui, parce que plus pauvre que les autres, seront la cible de la haine d’une société orchestrée par l’argent.

Alors oui, veuillez m’excuser d’avoir été un “ni-ni” et de n’avoir souhaité pour mes enfants et ma planète ni l’un ni l’autre. (ndlr j’ai beaucoup aimé l’article du Monde Diplomatique au sujet de cette “prise d’otage“, c’est assez rare que je lise le Monde) Cela ne fait pas de moi quelqu’un qui respecte moins la démocratie que tout ceux qui ont appelé au barrage à la première seconde suivant les résultats du premier tour. Cela fait par contre de moi quelqu’un qui se pose plus de question sur le sens de notre monde et de la démocratie et le fait – sans conteste – que le sens premier de ce mot nous a été volé.

 

Donc je vous remercierait juste, dans votre diatribe pour dire au gens qu’il faut aller voter de ne pas minimiser la lourdeur du choix du vote barrage contre le parti de la haine, car ce n’est pas comme cela que vous ferez voter les gens qui ne veulent pas se prononcer ou ne souhaitent pas voter pour un mal moins pire que l’autre.

Mais au moins pour la première fois depuis 3 élections présidentielles, j’ai vôté “pour” au premier tour. Je n’aurais pas voté pour un homme, mais pour un programme, mon intérêt est clair, et sûrement très égoïste:

  1. L’écologie pour que mes enfants aient une terre ou vivre plutôt que de l’argent.
  2. La constitution écrite et modifiable par le peuple pour redéfinir les règles de ce jeu de dupes ou l’on est in fine le dindon de la farce.
  3. Que la france ne soit l’ennemi, ni le valet de quiconque, et qu’elle prenne la place et les actions nécessaire pour cesser les actions militaires – y compris les siennes – ne visant qu’à nourrir les multinationales de matières premières à bas prix en réduisant a l’esclavage des populations entières.

Et je serais là pour continuer à défendre ces idées!

Pourquoi je voterais pour un avenir en commun…

Cette élection présidentielle en France arrive après une élection Américaine qui a beaucoup mobilisé et fait parler, partout dans le monde. J’ai beaucoup appris et discuté autour de moi ces dernières années, mais surtout débattu ces derniers mois avec mon entourage. Ce qui ressort pour moi de ces derniers mois est un constat assez simple:

L’écologie ne devrait pas être un parti ou une politique mais devrait faire partie intégrante de toutes les décisions individuelles, d’entreprises, et de l’état.

Alors que cela fait des années qu’on nous en demande toujours plus pour nous donner toujours moins alors qu’un petit nombre se gave sur notre dos, il faut aller chercher l’argent la ou il est et forcer les plus riche à augmenter les moyens des plus pauvres.

La solidarité. Certes les impôts ça fait toujours suer de donner de l’argent, surtout quand un petit nombre l’esquive parce qu’ils ont les moyens de l’esquiver. Mais avoir en face la réalité du manque d’aide dans d’autre pays me conforte dans l’idée que même si cela me prend de l’argent, j’en aurais besoins un jour, c’est le pot commun.

La constitution qui a échappé au peuple, ce peuple qu’on abrutit sans cesse et qu’on dit incapable de prendre des décisions politique. Traitez votre peuple comme des enfants non instruits, il réagira comme tel, mais vous seriez étonné si vous le traitez en adulte responsable et engagé. Le peuple doit écrire la constitution, car ce texte est l’unique garde fou d’une démocratie “représentative”!

Les partis sont des machines néfastes qui nuisent à leurs propres candidats et qui sont, avant tout pour leur propre survie, avant le bien être du peuple. Les intérêts financiers des partis et leurs mécènes transforment leurs candidats en simples “prestataires de service” du monde de la finance et des multinationales. Les institutions européennes nuisent à une Europe sociale et démocratique, devant ce constat, soit on la réforme, soit on la quitte.

Fort de tout ces constats, je ne peux me tourner que vers le programme de Jean-Luc Mélenchon, et non l’homme, même si j’apprécie le côté “VRAI” du personnage et son franc parler, sans langue de bois – car il fait lui aussi parti des anciens “dinosaures” de la vie politique Française. Son programme (et il a l’avantage d’être imprimé et pas modifiable comme celui d’autre candidats) ce n’est pas lui, c’est un mouvement, un mouvement qui rassemble des foules, qui parle aux gens, un mouvement qui vit sans directives de l’homme qui le représente, un mouvement libre, citoyen et fort!

Par contre pour ceux qui – comme dans ma famille – pensent que donner un vote a des candidats qui vont augmenter les dépenses c’est tuer l’économie du pays, je leur dit que si je dois choisir entre tuer l’economie et la planète, je choisis sans sourciller le risque de tuer l’économie. Meme avec des difficultés financieres on a la planete pour nous faire vivre, alors que sans planète, meme si t’as pleins d’argent, actuellement t’en aura jamais assez pour survivre!

J’ai des amis de toutes origines, de toute religion, de tout bord politique, et de tout niveau social, on est pas toujours d’accord, on pense pas tous pareils, et pourtant j’ai envie d’y croire à cet “AVENIR EN COMMUN”, car c’est aujourd’hui le dernier acte politique qui me fasse un peu rêver…

Si malheureusement ce rêve échoue, il n’y aura pour ma part, comme pour beaucoup d’autre, que vote blanc, abstention ou révolte…

Sur le chemin de l’aéroport – On the Way to the airport – 공항 가는 길

Aujourd’hui j’aimerais vous parler d’un drama Coréen, en cours de diffusion et qui me touche beaucoup. “Sur le Chemin de l’aéroport”. Pour une fois ce n’est pas un drama recommandé par ma conseillère préférée en Kdrama (qui se reconnaitra ^^), mais on me l’a fait découvert récemment sur viki.com avec les sous titres anglais et français (la classe!)

airp3-e1473012753537Seo Do Woo rencontre Choi Soo Ah

Le sujet en lui même n’est pas des plus original, même si en Corée du Sud les histoires d’adultères entre couples mariés – qui plus est avec des enfants – sont plutôt encore assez mal vu dans la société.

Pourtant malgré ce regard très accusateur de la société, sur le début du drama, j’ai pu voir une justesse dans les situation et une bienveillance dans la mise en scène et le regard de la relation, comme si elle avait été volontairement voulut par l’auteur ou le réalisateur.

Il est rare de voir un tel sujet traité avec justesse. Les émotions sont tellement fortes et intimes que souvent c’est traité soit avec un certain détachement, soit par une explosion de sentiment sur un court laps de temps. Ici, on tombe très vite sous le charme de ces deux trentenaires, approchant de leurs quarantaine, qui dans une période très compliquée de leurs couples respectifs, se retrouvent à s’apporter support dont l’un et l’autre manque cruellement à cet instant de leur vie. L’un doit faire face à une femme qui se coupe de tout sentiment pour se perdre dans la passion de son travail, l’autre doit supporter de n’être plus qu’un des “meubles” de la maison de son mari, juste bonne à suivre ses choix unilatéraux.

on-the-way-to-the-airport-poster3Kim Hye-Won / Seo Do-Woo / Choi Soo-Ah / Park Jin-Suk / Song Mi-Jin

Le plus triste dans ce drama, c’est que l’on voit les couples se perdre après une longue dérive (les problèmes de chaque couples sont ancrés dans le décor dès le début de la série et ne sont pas nouveaux), on les voit sombrer, que ce soit petit à petit sans s’en rendre compte car on se voile la face, ou de manière plus brutale avec des remises en questions.

Si je devais remettre en cause une chose dans ce drama c’est le côté trop lisse du personnage masulin principal, Seo Do-Woo qui semble trop parfait. Il est humain, fais des choix et les assume, et il arrive toujours à dire des choses justes sans pour autant contenir ses propos. Il dit et vit, comme il pense et sent.

Heureusement, en contrepartie, le personnage féminin principal, Choi Soo-Ah, est beaucoup plus terre à terre et outre le mal qu’elle éprouve à accepter l’enlisement de sa famille, et la mort de son couple, elle remet sans cesse en questions ses choix avant de se fixer un cap.

on_the_way_to_the_airport-p1
L’affiche de la série

Je pense que le plus étonnant dans ce drama c’est son universalité, son ouverture d’esprit et sa modernité. Quand on connait le point de vue en Corée du Sud sur le divorce, les familles recomposées et les relations extraconjuguales, on ne peut apprécier cette série avec le même regard d’européen décomplexé du divorce. Il y a toute une dimension d’interdit, d’inconvenanle de jugements et regards de la société, et de non dits qui pourraient peser sur la série. Malgré tout, l’auteur a eu le parti pris de ne pas s’attarder pour cela. Les amis prônent le “penser à soi” et même les grand mères restent très compréhensives et ouvertes.

“Pensez à vous, à votre vie, vivez pleinement, et faites vos choix avec votre coeur!”

Bref, “Sur le Chemin de l’aéroport” est un joli Drama à mettre devant tout les yeux 🙂


La bande annonce de la série, toute en douceur…

external-GPU J’en ai rêvé, le Thunderbolt l’a fait II

PARTIE II – LA REALISATION

Alors voila, pour commencer simplement a vous guider sur la réalisation je vais vous coller des photos et surtout le schéma de mon montage:

cof
Schéma pour l’installation électrique et le découpage du boitier.

Outre le boitier Akitio sur lequel le MOD se base et que vous trouverez ici. j’ai du me fournir ces éléments:

J’ai donc fait passer un cable de rallonge PCIe 8 broches sous les cartes logiques du boitier Akitio. Ce cable rallonge je l’ai trouvé chez ldlc, ici.

J’ai eu besoin d’un cable PCIe 6 broches avec un connecteur “profil bas” a 90º pour alimenter la carte et pouvoir fermer le boitier, et je l’ai trouvé ici.

J’ai aussi change le ventilateur d’origine en 60x60x25 par un 60x60x10 que j’ai trouve chez ldlc ici. Je ne suis pas super satisfait de ce ventilateur que je trouve trop bruyant, des que j’en trouve meilleure référence je vous le dis. Toujours est il que ce ventilateur va pouvoir se placer entre l’avant du boitier Akitio et la Grille de façade. pile poil. Du coup on gagne de la place pour la carte graphique ET on conserve la ventilation du boitier.

cof
Le ventilateur modifié.

J’ai enfin acheté un connecteur type barrel 5,5/2,5 pour alimenter le bus du boitier Akitio depuis mon alim principale, je l,ai trouve ici. (révisez bien votre Allemand! ^^)

J’ai aussi quand même utilise la dépouille d,un connecteur PCI-e pour repiquer une broche mâle et des câbles afin de faire mon court circuit pour allumer une alimentation Dell DA-2 ( on verra ca en dernier)

Le but est d’avoir un système qui s’alimente au choix, soit par une alim Dell DA-2, soit par une alimentation type ATX sur un port PCIe 6 broches. Le principe de l’alim Dell etant plus classe, mais celle que j’ai étant HS, je n’ai pu tester cette partie, et ca fait partie des améliorations a venir.

cof
La connexion entre le PCIe 8 broches et le PCIe 6 broches se fait au pied du boitier, sous la carte.
cof
Ici le cable PCIe 6 broches qui remonte vers le connecteur de la carte graphique et le sucre pour le court circuit du power on de l’alim Dell Da2.
cof
Une fois la carte graphique mise en place.
cof
Le boitier fermé.
cof
Et voila avec les trous d’aération temporaire faits.

Donc une fois cela fait j’ai rajoute mon connecteur de type “barrel”, afin de pouvoir auto-alimenter le boitier via le cable d’alim PCIe. J’ai branché la prise et j’ai fait passer le cable derrière les cartes logiques du boitier Akitio pour les souder aux prises masses et +12 respectives de la prise PCIe 6 broches

sdr
Ici la prise PCIe 6 broches avec les arrivees +12 et masse du “barrel”
cof
De l’exterieur, la prise “barrel” et l’alimentation PCIe et ses 8 cables rouges et noirs.

Pour rappel, comme outils, il vous faut, au minimum: tournevis cruciforme  et plat de petite taille, si possible un kit pour les réparations informatiques, un peu de fer a souder et d’étain, une pince pour couper les câbles, une scie ou un Dremel pour les découpes de la plaque arrière, une perceuse ou un Dremel pour l’aération du boitier.

Voila. Le concept est fonctionnel. Il manquera a faire quelques améliorations:

Un ventilateur moins bruyant.

Une meilleure aération du boitier.

une Alimentation Dell DA2 fonctionnelle.

 

 

To be continued…

external-GPU J’en ai rêvé, le Thunderbolt l’a fait

PARTIE I – LE CONCEPT

Aujourd’hui j’aimerais vous presenter une petite revolution pour vos Mac (et PC): le eGPU, la carte graphique externe.

Ce périphérique jusque la inimaginable, a cause de la limitations de la vitesse des bus externe a été rendu possible par le Thunderbolt.

Aujourd’hui, sur Mac, si vous voulez avoir du materiel avec une bonne carte graphique, vous avez un nombre de choix limité:

Les Macbook Pro retina 15 en version carte dédiée à 2799 euros

Les Mac Pro à partir de 3399 euros

Les iMac 5K à 2099 euros

Ensuite si vous avez un vieux Mac Pro vous avez encore la possibilité de changer votre carte graphique interne. Mais pour les autres?

Vous voulez pouvoir faire des travaux graphiques plus important?

Vous avez un Mac mini ou vous utilisez votre Macbook avec un écran externe?

Vous avez du Thunderbolt 1 ou 2 sur votre Mac?

Alors il existe une alternative qui vous coutera moins cher que de changer de Mac: Le eGPU

 

Ca c'est le résultat final, avec le boitier Akitio sur le cote et le mac mini sous le bureau (et l'alim qui est mon dernier point d'amelioration) mais il a fallut pas mal de boulot avant d'en arriver la. Mais le principal c'est qu'après avoir fait pas mal de recherches et de travaux, j'ai réussi! Désormais mon Mac Mini 2014 TB2 a une Geforce GTX 960 en tant que carte graphique principale!
Ca c’est le résultat final, avec le boitier Akitio sur le cote et le mac mini sous le bureau (et l’alim qui est mon dernier point d’amelioration) mais il a fallut pas mal de boulot avant d’en arriver la. Mais le principal c’est qu’après avoir fait pas mal de recherches et de travaux, j’ai réussi! Désormais mon Mac Mini 2014 TB2 a une Geforce GTX 960 en tant que carte graphique principale!

Ce qu’il faut savoir avant de choisir sa carte:

Cartes Graphiques compatibles

NVIDIA GTX 750
NVIDIA GTX 760
NVIDIA GTX 770*
NVIDIA GTX 780*
NVIDIA GTX 960
NVIDIA GTX 970
NVIDIA GTX 980
NVIDIA GTX 980 Ti*
NVIDIA GTX 1070**
NVIDIA GTX 1080**
NVIDIA GTX TITAN* Black, TITAN X*

* Alim 300W necessaire.
** Seulement sous windows, pas de drivers OSX.

Seulement des cartes graphiques avec connecteur d’alimentation PCI-e (6-pin, 8-pin, 6+6-pin, 6+8-pin).

Cartes Graphiques recommandées ( celles qui rentreront dans le boitier Akitio avec le moins de modifications ):
ZOTAC NVIDIA GTX 960, 2 GB (ZT-90310-10M) or (ZT-90301-10M)
EVGA NVIDIA GTX 960, 2 GB (02G-P4-2962-KR)
EVGA NVIDIA GTX 960, 4GB (04G-P4-3962-KR)
ZOTAC NVIDIA GTX 970, 4 GB (ZT-90101-10P)

Voici quelques images du montage et des tests:

 

nor
ici le chassis interne du boitier,arte, le ventilateur deporte sur l’exterieur, et mon alim dell (defaillante).
cof
ici test avec une autre alimentation type ATX, et un deport d’alimentation pour la prse type “barrel” du boitier Akitio.
cof
Malheureusement cette alim la n’etait pas assez stable sur les pics de puissance pour alimenter les deux.
mde
vue arrière du boitier sans la façade avec le passage des cables alim PCIe sous la carte d’alimentation du boitier Akitio.
test
Le boitier propre il n’y a plus qu’a faire des trous pour la ventilation!
cof
Boitier avec perçage de ventilation faits (à améliorer encore, mais suffisant pour mon utilisation).
cof
autre vue des aeration du boitier
cof
avec la façade arrière du boitier découpée pour le passage de cable.

Perso j’ai choisit la GTX 960 de Zotac, ca tombe bien j’en avait une. J’ai juste du demonter le panneau devant les ventilos et bouger le ventilo de la box Akitio en en mettant un plus fin a la place.

Donc on récapitule pour le materiel:

1 carte graphique PCIe

1 boitier Akitio Thunder 2 PCIe

1 cable alimentation PCIe 6 broches profile bas

1 cable PCIe en Y

1 cable rallonge alim PCIe 50 cm

1 alimentation (ATX 300W, ou DELL DA2 220W) – je détaillerais ce point un autre jour car j’ai encore des tests et ameliorations a faire

Si vous faites comme moi un ventilateur 12v de 60*60*10 pour déplacer le ventilo entre la grille avant du boitier et le boitier. je vous mettrais une reference ici des que j’en aurais trouve un plus silencieux que l’actuel.

Prévoyez une perceuse avec des forets pour le metal, voir un Dremel.

Une fois ca fait, il faut savoir ceci:

requis: Yosemite 10.10.3 ou +, El Capitan

Vous aurez besoins du script trouve sur ce site afin d’installer et configurer les drivers:

http://www.egpukit.com/

A savoir qu’il faudra surement démarrer en recovery mode pour désactiver csrutil via le terminal, comme explique sur le journal du lapin.

Mac Mini 2015 avec Geforce GFX 960 2Go - la classe!
Mac Mini 2015 avec Geforce GFX 960 2Go – la classe!
capture-decran-2016-08-01-a-13-03-42
Le boitier Akitio Thunder 2 dans le rapport système
La carte graphique correctement reconnue sous le rapport système
La carte graphique correctement reconnue sous le rapport système

 

Sous Guild Wars 2
Sous Guild Wars 2

Bien entendu il a fallut bidouiller avec quelques cables pour faire un passage d’alim propre dans le boitier, j’ai sacrifie quelques cables, mais la base de la recherche est la. Dans la seconde partie du dossier, je vous ferais un schema de l’installation ainsi qu’une liste exacte de composants et de ce que vous devez faire avec.

test
L’installation complete et (presque) propre

Aujourd’hui, le concept fonctionne, avec les elements indiques, mais je souhaite l’améliorer. Voici les remarques sur ce concept:

  1. Aucun affichage pendant le Boot – tant que le Système n’est pas a la fenêtre de login, vos écrans seront noir ( cependant, un dev travaille sur l’activation de l’affichage a l’EFI, et il a deja réussit a faire une proof of concept sur un modele de Macbook Pro)
  2. Le top du top serait d’arriver a tout faire fonctionner avec une alim Dell DA-2 220W (prévue pour les DELL OPTIPLEX) avec une auto-alimentation du boitier Akitio via cette alimentation. J’ai tente avec une alim d’occasion mais elle ne gérait pas bien les pics d’alimentation, ce qui la mettait en sécurité.
  3. En dehors du fait d’avoir un boitier de plus, je trouve le concept totalement dingue, il n’y a malheureusement qu’avec le Thunderbolt 3 que les fabricants feront des boitiers dédiés (le boitier Akitio n’etant pas prevu pour les cartes graphiques a la base)

PARTIE II – LA REALISATION (soon)

Creations récentes

Récemment j’ai accepté de ressortir mes dessins pour appuyer une cause avec mes gribouillis. Cela m’a fait du bien et je pensais aussi qu’il était important, vu qu’une amie – concerné par le sujet – m’a demandé de l’aider.

Je pense qu’il est important de soutenir les gens qui cherchent a faire reconnaitre leur combat quand ils sont juste, d’autant plus quand c’est le combat de personnes dont le travail est d’apporter de l’aide à tout un chacun…

Le débat en question est celui concernant les Psychomotriciens, qui malgré leur formation qui dure 4 années, ne sont considéré que comme des BAC+2 et non pas comme un niveau MASTER. L’écoute de cette demande est d’autant plus importante, à mon humble avis, que notre pays a du mal à se défaire de la valeur des études en faveur de l’expérience. La valeur des diplômes, si c’est elle qu’on regarde en premier en embauche, DOIT être juste en comparaison des années de travail fournies par les gens qui choisissent une voie.

Il me semblait important de leur venir en aide en fournissant un travail certain, tout en rappelant les informations d’usage.

Si le sujet vous intéresse, rendez vous sur cette page: https://corrin.geekwu.org/master-psychomotricite

Pour voir le dessin, vous le trouverez sur le lien et ci dessous aussi :

 

 

 

 

MasterPsychomotricite-CR

Boitier Xee Connect

Alors que l’on entre de plein pied dans l’air des objets connectés, on oublie souvent qu’en dehors de la maison, une de nos possession et outil principal n’est pas ou peu connecté (ce qui pourrait changer ces prochaines années pour les nouveaux modèles, mais quid des actuels et anciens?): Nos Véhicules, et notamment l’automobile.

Certaines solutions se sont démocratisées ces dernières années avec des modules se connectant sur la prise diagnostique de votre véhicule, avec un protocole de communication suivant l’un des standard OBD2 bien souvent, et communiquant au fil des années avec un ordinateur, un pda, et désormais un smartphone par cable, wifi, ou bluetooth.

Pour avoir eu envie de tester cela, mon premier pied dans le monde de la voiture connectée fut un module Kiwi 2 bluetooth pour smartphones Android et une application principale se nommant “DASH” côté smartphone.

Il existe pleins d’autres applications, certaines bien plus techniques comme “TORQUE” qui arrivent à extraire de la voiture des données qui ne s’affichent nulle part (pression de certains circuits, compression, etc…) les informations GPS et des informations d’erreur du véhicule. Cependant “DASH” me semblait la plus à même d’amener un petit plus sur une utilisation plus “habituelle” de la voiture.

Grace à Dash, on pouvais controler ses trajets, ses kilometres, le dernier emplacement de parking du véhicule, les remontées des informations de conso, de distance et d’autonomie, ainsi que les conseils de conduite, aussi bien sécuritaire qu’éco-conduite.

L’application était géniale mais le boitier… pas des plus pratique (il fallait penser à l’allumer après chaque période d’arrêt à moins que je n’ai pas bien capté cette partie la du fonctionnement). Au moment de changer j’ai hésité entre le Kiwi3 qui effaçait ces défauts, ou passer sur le module (cocorico) Français: le Xee-Connect, ce que j’ai fait.

xee-connect-v2-eliocity

Le Xee Connect a l’avantage d’intégrer un gps et une puce data qui lui permettent de communiquer 24/7 avec votre tel. des lors, vous connaitrez suivant votre véhicule plus ou moins d’information. Le mien étant un des moins bien supporté, j’ai ceci: état de verouillage et d’allumage des feux du véhicule avec possibilité d’alerte, suivi des distances parcourues et temps de trajets, localisation en temps réel du véhicule.

160108121242_

Cela fait certes peu, cependant le constructeur promet des évolutions de fonctionnalités, ce qui s’est confirmé, puisque la fonctionnalité de suivi de parcours est arrivé avec une mise à jour récente de leur application et de leur site.

Vu le tarif, cela semble valoir le coup, et j’avoue que je vais profiter d’avoir affaire à une boite Française pour faire du bug report et des requêtes de fonctionnalités, quitte a leur proposer de faire des tests avec mon véhicule 😀

160108122235_

Xiaomi Mi Band 1S

Il y a un plus d’un an que j’ai acheté et testé le Mi Band de Xiaomi, et il fonctionne toujours, alors que j’ai vu de nombreux collègues ou amis acheter des bracelets fitness bien plus chers, mais qui avaient du mal a tenir plus de 3 mois.

Je ne suis pas particulièrement soigneux, mais malgré tout, le bracelet a étomi nnamment bien tenu et rends désormais de fidèles service à mon père, puisque moi j’ai choisis d’opter pour le dernier modèle, le Mi Band 1S, le même, avec un capteur de rythme cardiaque, et au même tarif de 13$ (soit dans les 25 à 30$ chez les importateurs).

Ici il n’y a pas de révolution mais une belle évolution sans changer le tarif, et à ce tarif, il faut savoir qu’il n’y a que peu, voir aucune concurrence 🙂

Comme on peu le voir le disign change peu, en dehors d’un boitier un poil plus épais, et du détecteur sur la partie basse, le bracelet Mi Band 1S reste fidèle aux codes de son aîné.

L’application évolue elle aussi, mais peu. On reprochera un placement pas très ergonomique de la fonctionnalité de monitoring du rythme cardiaque “heartrate” à aller chercher dans les menus.

En dehors de cela l’application reste propre et bien fournie en option, avec des petits plus sur les terminaux Android, et certaines fonctionnalités exclusives aux appareils tournant sous MIUI. A rappeler qu’une Application iOS existe aussi!

08264880-photo-mi-band-1s-capteur

Pebble Time Steel – L’autre SmartWatch

Ayant déjà été propriétaire d’une Pebble (la Classic) de première génération, c’est aussi vers Pebble que je me suis tourné quand ils ont annoncé leur nouvelle gamme de montre connectée les Pebble Time et Pebble Time Steel qui forment la nouvelle famille de Pebble avec un écran e-Ink capable d’afficher 64 couleurs et un système opératif revu de fond en comble pour une meilleure expérience et navigation: la Timeline!

Pebble-Time-Watch-IMAGE-EDIT-BY-aBlogtoWatch

Pourquoi la Pebble Time Steel plutôt qu’une Apple Watch ou Android Watch?

Pour le prix d’abord, car à 199$ pour la Time et 249$ pour le modèle Steel au prix publique, soit respectivement 249€ et 299€, elle reste moins chère que la première Apple Watch.
Pour l’autonomie ensuite, car là ou l’Apple Watch et les Android Watch ont une autonomie variant entre 24 et 48h, la Pebble Time Steel peut tenir jusqu’à 10 jours sans recharge.
Pour l’utilisation enfin, car pour moi le véritable intérêt d’une Smartwatch, c’est de pouvoir recevoir et visualiser mes messages n’importe quand pour savoir si c’est urgent ou non. Travaillant en clientèle toute la journée, je ne peux pas sortir mon téléphone n’importe quand, et la smartwatch est un moyen discret de vérifier si j’ai un message de ou concernant mes enfants et mes proches qui nécessiterait mon attention. Je n’ai pas besoins de toutes les possibilités offertes par l’Apple Watch, que ce soit les dessins, les heartbeats, du tactile, etc… De plus ayant déjà un bracelet Mi Band en tant que podomètre et analyseur de sommeil, je n’ai pas besoins de ces fonctionnalités là dans ma montre.

Attention je ne remet pas en cause l’intérêt des Apple Watch ou Android Watch pour autant, mais je pense que chacun a ses utilisations et des produits qui correspondent à cette utilisation, il n’y a pas une seule et unique vérité.

img_14092015_102813_hdr_21431752615_o

Aujourd’hui si je devais comparer le paysage des smartwatch à celui des montres classiques, Apple serait du Tag Heuer dans les 500€ et plus, les Android Watch serait des montres de marques plus classiques et moins onéreuses dans la gamme des Tissot d’entrée de gamme, Diesel, et autres marques tendances, et Pebble naviguerait entre les Casio, Swatch et les Festina. Hors il se trouve que c’est exactement le genre de montre que j’ai pu avoir, des Casio, des Festina, et à part une Tissot je n’ai jamais cherché à avoir plus.

img_14092015_102749_hdr_21431751325_o

Casio est loin d’être une marque de prestige, et pourtant, en montre digitale, c’est sûrement la marque la plus connue. Et cela ne me dérange pas de me dire qu’aujourd’hui j’ai une smartwatch de ce genre. Elle correspond plus à ma personnalité et à mes besoins.

La Pebble Time Steel vient avec un bracelet en cuir de bonne qualité, mais on peut aussi avoir un bracelet en metal, que j’ai pu avoir pour le même prix étant un des backer de la campagne kickstarter! J’ai choisit le modèle noir, et je suis plutôt agréablement surpris par la qualité de l’ensemble.

img_14092015_102857_hdr_20809069544_o

Les bracelets Pebble sont équipés d’un système de fermoir facile pour les changer sans difficultés, mais tout bracelet standard 22mm pourrait être installé par un horloger sans soucis. Un très bon point!

img_15092015_104445_hdr_21442054901_o

La recharge de la montre est rapide (environ 2h) et en l’utilisant une semaine complète (7 jours pleins, gardée au poignet allumée la nuit, et mode « ne pas déranger » activé de 23h à 8h) il me restait encore plus de 20% de charge, ce qui correpond à l’autonomie annoncée par le fabricant.

21133309564_eb46574b41_k

L’interface de la timeline est vraiment facile de préhension et c’est très agréable à l’utilisation quotidienne. On peut charger beaucoup plus de watchfaces et d’apps que sur les Classic, le tout est encore plus réactif qu’avant et une fois prise en main la navigation à l’aide des quatre boutons appréhendée, l’utilisation est d’une fluidité remarquable.

img_15092015_104422_hdr_21245525840_o

J’adore cette Pebble Time Steel, car elle m’apporte la technologie dont j’ai besoins sans trop de contraintes (je peux partir jusqu’a dix jours en déplacement sans la recharger, donc sans trimballer avec moi un chargeur de plus, c’est de la technologie qui sait se faire oublier.

Bon et cerise sur le gâteau, la watchface Treck v3 basée sur l’interface Lcars de Star Trek: TNG est disponible et je le kiffe 🙂

trekv3anim4

Enfin pour ceux pour qui toutes ces smartwatch son trop grosses au poignet, ou pas assez féminines pour ces dames, sachez que Pebble vient d’annoncer la Pebble Time Round, une montre ronde, plus petite, plus fine, toujours avec écran couleurs, une autonomie de 2 jours mais une finesse record de 7,5 mm et disponible en différents coloris avec des bracelets 14 et 20mm et le tout au même tarif que la Pebble Steel, soit 249$/299€!

D4qaIa3

Synchronisation des montres!!!

MI_poster_s2