Pourquoi je voterais pour un avenir en commun…

Cette élection présidentielle en France arrive après une élection Américaine qui a beaucoup mobilisé et fait parler, partout dans le monde. J’ai beaucoup appris et discuté autour de moi ces dernières années, mais surtout débattu ces derniers mois avec mon entourage. Ce qui ressort pour moi de ces derniers mois est un constat assez simple:

L’écologie ne devrait pas être un parti ou une politique mais devrait faire partie intégrante de toutes les décisions individuelles, d’entreprises, et de l’état.

Alors que cela fait des années qu’on nous en demande toujours plus pour nous donner toujours moins alors qu’un petit nombre se gave sur notre dos, il faut aller chercher l’argent la ou il est et forcer les plus riche à augmenter les moyens des plus pauvres.

La solidarité. Certes les impôts ça fait toujours suer de donner de l’argent, surtout quand un petit nombre l’esquive parce qu’ils ont les moyens de l’esquiver. Mais avoir en face la réalité du manque d’aide dans d’autre pays me conforte dans l’idée que même si cela me prend de l’argent, j’en aurais besoins un jour, c’est le pot commun.

La constitution qui a échappé au peuple, ce peuple qu’on abrutit sans cesse et qu’on dit incapable de prendre des décisions politique. Traitez votre peuple comme des enfants non instruits, il réagira comme tel, mais vous seriez étonné si vous le traitez en adulte responsable et engagé. Le peuple doit écrire la constitution, car ce texte est l’unique garde fou d’une démocratie “représentative”!

Les partis sont des machines néfastes qui nuisent à leurs propres candidats et qui sont, avant tout pour leur propre survie, avant le bien être du peuple. Les intérêts financiers des partis et leurs mécènes transforment leurs candidats en simples “prestataires de service” du monde de la finance et des multinationales. Les institutions européennes nuisent à une Europe sociale et démocratique, devant ce constat, soit on la réforme, soit on la quitte.

Fort de tout ces constats, je ne peux me tourner que vers le programme de Jean-Luc Mélenchon, et non l’homme, même si j’apprécie le côté “VRAI” du personnage et son franc parler, sans langue de bois – car il fait lui aussi parti des anciens “dinosaures” de la vie politique Française. Son programme (et il a l’avantage d’être imprimé et pas modifiable comme celui d’autre candidats) ce n’est pas lui, c’est un mouvement, un mouvement qui rassemble des foules, qui parle aux gens, un mouvement qui vit sans directives de l’homme qui le représente, un mouvement libre, citoyen et fort!

Par contre pour ceux qui – comme dans ma famille – pensent que donner un vote a des candidats qui vont augmenter les dépenses c’est tuer l’économie du pays, je leur dit que si je dois choisir entre tuer l’economie et la planète, je choisis sans sourciller le risque de tuer l’économie. Meme avec des difficultés financieres on a la planete pour nous faire vivre, alors que sans planète, meme si t’as pleins d’argent, actuellement t’en aura jamais assez pour survivre!

J’ai des amis de toutes origines, de toute religion, de tout bord politique, et de tout niveau social, on est pas toujours d’accord, on pense pas tous pareils, et pourtant j’ai envie d’y croire à cet “AVENIR EN COMMUN”, car c’est aujourd’hui le dernier acte politique qui me fasse un peu rêver…

Si malheureusement ce rêve échoue, il n’y aura pour ma part, comme pour beaucoup d’autre, que vote blanc, abstention ou révolte…