Tuto installation Autoradio 2DIN ecran flottant sur Giulietta

Bonjour, voici un petit Tuto sur comment passer de l’autoradio de base dans une Giulietta MY2010-2013 vers un 2din écran flottant. Il n’est pas détaillé en terme d’image mais ce n’est pas bien compliqué et il y a déjà des manuels fournis avec chaque élément.

le but c’est de passer de ça:

à quelque chose de plus moderne:

Bien entendu une installation seconde monte est rarement aussi bien intégrée que l’installation d’origine, et dans ce cas le bouton warning et les aérateurs centraux sont moins accessibles, mais cela modernise l’intérieur du véhicule en restant en accord avec le design courbe d’origine.

De plus on verra comment retirer le boitier central Blue & Me.

étape 1) commander le bon matériel:

la partie kit d’installation et commande aux volant se trouve sur eBay:

l’autoradio quand à lui se trouve sur Aliexpress:

Il faut bien prendre un modèle avec cable iso.

2) préparation de l’installation:

il faut retirer l’autoradio actuel:

la façade se tire, l’idéal est de toujours utiliser des outils en plastique prévu pour déclipser les pièces:

Passez un outil dessous, plutot du coté volant et déclipsez en tirant vers vous petit à petit. 

(ancienne façade en haut, nouvelle façade en bas)
(ancienne façade en haut, nouvelle façade en bas)

A partir de là il va falloir couper un peu l’habillage intérieur, à peu près selon le trait rouge, mais il y aura surement quelques ajustements à faire.

Ensuite, en utilisant les éléments du kit de montage, vous allez monter les 2 pattes de fixations en métal sur les côtés de part et d’autre de l’ouverture (sur les 4 points de vissage signalé en jaune / vert fluo sur la photo du dessus)

C’est la qu’il vaut mieux virer la centrale blue & me (le boitier clipsé dans le tableau de bord à la droite de l’emplacement de l’autoradio sur la photo).

 /!\ Avant, soyez conscient que cette étape nécessite soit un passage valise soit un passage au multiecuscan pour faire un realignement proxy /!\

il y a 2 clips métalliques de chaque côté (4 en tout) à écarter pour pouvoir tirer le boitier, puis défaire la prise bleue dessous en actionnant le levier de verrouillage pour dégager la prise (c’est assez compliqué car il y a juste la place et la longueur de cable de le faire, à vous de trouver le meilleur moyen)

Une fois le boitier retiré, vous passez un coup de valise ou de multiecu scan dans body / alignement proxy. Si vous avez une erreur d’alignement, débranchez la batterie de la voiture 10 min, rebranchez la et relancez la procédure.

Une fois cela fait, on branche le harnais Connects2 pour les commandes volant. D’un côté vous aurez les prises de l’alfa qui viendront se connecter, de l’autre l’autoradio.

/!\ Une chose à savoir sur le harnais de l’autoradio: avant de le brancher au harnais connects2, pensez à intervertir du côté de la prise ISO les broches du 12+ continu (gros fil jaune) et ACC (fil rouge), si vous n’êtes pas sur de savoir comment retirer une broche d’un connecteur ISO sans la casser, suivez ce tuto en anglishe: /!\

La vient l’étape ou il vous faudra brancher tous les fils. (et les faire rentrer derrière)

Le harnais de la camera de recul (prise Video Jaune + cable reverse a brancher pour que l’autoradio sache qu’il doit passer sur la camera) (perso j’en ai prise une qui se met dans le logement d’éclairage de plaque)

le harnais de cable Carplay / Android Auto filaire (avec une prise USB violette)

le harnais USB avec 2 prises USB blanches

les harnais des options choisies (perso j’ai pris le TPMS interne pour avoir la pression des pneus)

etc…

De mon côté concernant les câbles USB je les ai fait descendre le long de la console centrale derrière le panneau côté passager (au niveau des pieds) qui se démonte assez facilement.

J’ai fabriqué sur mesure un support dock pour mon iphone que j’ai mit dans un des porte gobelets à l’avant et qui est relié au cable de carplay/android auto filaire.

J’ai utilisé un des ports usb pour mettre un modem 4g avec un sim jumelle que j’ai mit sous le vide poche qui se trouve dessus le tableau de bord. (2 vis à défaire sous le caoutchouc antidérapant, on soulève et il y a de la place pour l’antenne GPS et la clef 4G)

En étape finale avant de fixer le poste dans son logement nous aurons à connecter 3 cables manuellement entre l’autoradio et le boitier connects2 pour les commandes au volant (Key1 / Key2 / Gnd des 2 côté, prévoyez un test avec des sucres electriques, et si c’est bon, vous pourrez souder)

Si la connection est bonne, quand vous allez dans l’app SWC setting de l’autoradio, vous devriez pouvoir configurer vos commandes volant (vous appuyez sur un bouton l’interface vous demande à quelle fonction ce bouton devra correspondre en appui court et long, on ne peut plus simple)

Enfin les interfaces par defaut des autoradios android sont moches et peu pratiques. je vous conseille de télécharger un launcher alternatif, les plus connus étant:

Car Launcher Pro, le premier que j’ai utilisé

CarWebGuru

AGAMA launcher (que j’ai choisi)

Et vous arriverez à quelque chose comme cela:

Une fois cela fait, bon courage pour la configuration android au petit oignons, cela prend du temps! 

Routech AIRBUS Captain Stick

(feature picture courtesy of @voorpreters )

Hi there!

So you’ve finally ended up with a Logitech Attack 3 and a Routech AIRBUS Sidestick and you don’t know what to do next? Here is a little guide based on my experience. In this Guide i assume you’ll use same buttons as i’ve used:

Logitech Attack 3 trigger will be the AIRBUS triger

Logitech Attack 3 button 5 will be the AIRBUS AutoPilot Disconnect

  1. Attack 3 disassembly.

This part is pretty straightforward as you only need to remove all the stick handle screws and use the head of a flat screwdriver to unlock the bottow handle lock, the remove the 5 screws from below the stick base.

– Open the handle, be careful with the cable and boards. 

– Disconnect the 5 cable white connector from the trigger button 

The cables coming from the base are color coded, so i give you this diagram wich will explain you how all the handle buttons connexions are made.

So in my case, lazy as i am – and because i wanted to  keep the original boards – i pulled the cable from bottom of the stick and only removed the trigger button (it take too much space). 

That way it was possible to fit the cables and the two cards in the base of the joystick:

Then i used some cables to connect to the two sides of each buttons i needed:

  • For the button 5 i simply soldered my cables to the existing connectors of the switch.
  • For the trigger switch, as the removal of the switch let big holes in the board i took use of these ones to connect my cables:

Something that will be of use for me for later but i removed the small white dented wheel which serve for the rear Z axis so it doesn’t move unintentionally because of the bellow, and because you should not cut the cables – plus it will be of use later if we connect the tiller there)

I also prepared both cable couple and attache them together with a code color so i’ll know wich will be for trigger and wich for AP disengage.

After that i needed to get all the cables back from the base to the handle so i pass them through the cable hole in the handle base to the top of it. That way you can close the Base and this part is done.

Now, the most IMPORTANT part:  

This is when you put the bellow on the base, because after it’ll be too late!

After that, time to connect the handle cable to the base

honestly i let enough cable length to be able to cut and reconnect if needed. i didn’t soldered, just connect and turn cable then use the shrink tube i let around the cables to hold this together.

from the AIRBUS handle:

2 black cables = trigger

2 red cables = AP/disengage

Then i stuffed all the cable lenght inside both base and handle and fixed the handle. and Voilà, Your AIRBUS Stick!  

I am working on a 3D printable box to encase the base of the Attack 3 stick and give it a more AIRBUS finish. The 3D object file will be available for d/l and 3D print from my Tinkercad library.

As you can see it will encase the base of Attack 3 Joystick in a more AIRBUS like case (featuring a dark blue color on bottom – Space Cadet – and side and RAL7031 on top).

There is 1 opening bottom front for the Attack 3 USB cable and one on the rear (for the 180° switch for lefties use)

The bottom rear opening can will be of some use when i’ll be able to design the tiller casing.

There are also 2 holes on one side to add 2 dual concentric differential rotary with push button to take advantage of the unused 10 buttons of the Attack3. casing can be rotate 180° so be used both for righties and lefties as both the Captain or First Officer sidesticks. Enjoy!

I will be working also on a compact desk case for both stick + tiller as soon as i can get a hand on the Routech tiller.

Finally, here you will find PDF Version of this guide.

Something in the rain

Voici un excellent kdrama de romance. Premièrement il est assez réaliste dans le thème d’une relation moderne (on passe pas 20 épisode a attendre juste un baiser) et présente deux thèmes principaux sur la condition des femmes: le harcèlement sexuel au travail et la parentalité toxique dans une famille de la classe moyenne.

Premièrement un Big Up pour une histoire se passant dans une famille de classe moyenne, j’en peux tellement plus de toutes les histoires de Riches héritiers “Chaebol” que je ne regarde presque plus de romance récemment, mais surtout des dramas sur les milieux policier / justice / médical / et les tranches de vies.

Deuxièmement, les deux thèmes principaux:

Le sujet sur le harcèlement sexuel (et moral d’ailleurs) au travail est particulièrement bien dépeint, mais surtout on y voit vraiment toutes les phases et les réactions possibles, aussi bien bonnes que mauvaises, y compris comment les victimes peuvent être balancer au rang des coupables, et comment certaines femmes sont des traitres à leur propre cause.

Ensuite on attaque le sujet de la parentalité toxique, qui plus est inversée par rapport aux dramas Habituels: ce n’est pas le père qui interfère le plus dans la vie de sa fille et lui impose sa vision de ce qu’il attends de sa vie, mais la mère, jouée tellement parfaitement par Gi Hae-Yeon (tellement parfaitement que j’ai eu des “envies de meurtres” quand elle partait en mode “berserk” contre sa propre fille ???).

Avoir une mère, une femme, qui s’interpose devant l’amour de sa fille – et qui la rend misérable juste parce qu’elle souhaite suivre la vue patriarcale du rôle de la femme dans la société en l’obligeant à trouver un homme de “bonne famille” – c’est une excuse suffisante pour vous rendre fou de rage si vous avez une once de respect pour l’égalité / équité des genres et “l’empowerment” des femmes.

Un excellent drama, bien filmé, et qui fouille bien ces sujets si difficiles à aborder sans devenir subjectifs. Et puis surtout la première partie – avant que ne commencent vraiment les ennuis – est tellement douce et reposante, contagieuse de par sa bonne humeur, vous donne l’impression d’être happé dans le cocon d’amour de ce couple qui déborde de “mignonitude”.

????

Hackintosh Mini GTX 1060 avec Wifi+BT

Petite mise à jour sur mon Hackintosh Mini, une carte NGFF WIFI AC+ BT4.1 reconnue sous OSX nativement pour le wifi et avec peut de modif pour le reste

Je vous joint un lien vers mon dossier Clover, qui vous évitera d’avoir à faire toute la recherche que j’ai eu à faire. N’oubliez pas de télécharger les web drivers NVIDIA en vérifiant que c’est bien la version prévue pour votre version de Mac OS.

Ce qui ne marche pas encore / n’a pas encore été testé:

  • le HD audio ne fonctionne que sur le port Displyaport le plus proche des ports USB
  • les paramètre avancés de veille n’ont aucunement été testé à ce jour car je ne met jamais mon ordi en veille (du coup y’a juste la veille de l’écran) (à faire sur une prochaine journée de test)

Ce dossier clover devrait être valable pour tout les MAGNUS EN 10XX de zotac. Il y a des petites modifs à faire pour les versions KabyLake (EN 10XXK) on bosse dessus avec le frangin qui lui s’est prit un EN1070K!

Stranger (비밀의 숲 – Secret Forest)

Parfois, on trouve quelques avantage à avoir accès à Netflix. Lors d’un week end en mode feignasse absolue, on peut tomber, au hazard d’une navigation totalement impratique dans leur base de donnée de films et série, sur une des petites gemmes de leur catalogue.

Stranger (aka Secret Forest en traduction littérale du titre), en est une, des plus précieuses. Cette série m’a passionné et m’a tenu en haleine du premier au dernier épisode. Pour être totalement honnête avec vous, comme me l’a fait remarquer un amis qui, lui, n’a pas accroché, il faut ne pas avoir de problème avec les intrigues qui avancent lentement. La série étant composé de 16 épisodes d’une heure, il faut comprendre qu’il y a un certain nombre d’épisodes qui servent à introduire l’histoire. Ceci dit, je n’ai pour ma part pas été ennuyé par cette mise en place un peu longue.

 

L’histoire suit un procureur un peu hors norme, Hwang Si Mok.

Étant enfant, il subissait des troubles du comportements lui causant des réactions excessives à des situations courantes de la vie, ce qui lui a valut d’être rejeté de tous, y compris de ses parents. Un jour, il a subit une opération qui a constitué dans l’ablation d’une partie du cerveau, la partie qui gère nos émotions. Le jeune Si Mok se retrouve donc sans émotions, sans désir, sans envie.

 

Des années plus tard il est un procureur compétant mais froid, ce qui lui vaut d’être toujours raillé par ses collègues qui ne comprennent et n’acceptent pas son comportement.

Alors que Si Mok enquête sur les possibles corruptions dans lesquelles aurait trempé son supérieur direct, il se retrouve témoins d’un meurtre. Suite aux erreurs interne, il décidera de prendre l’affaire, qui ne fait que renforcer ses soupçons sur la corruption de son Chef, Lee Chang Joon. Dans cette affaire, il se retrouvera à travailler avec Han Yeo-Jin, inspectrice sur-expressive de la criminelle qui amène un contraste de personnalité absolument délectable entre eux.

Il y a beaucoup d’autres personnages importants et intéressant, dont Jang Gun, le partenaire de l’inspectrice (joué par l’acteur qui a joué le tueur dans le drama « Achiara’s secret»), Young Eun Soo, la jeune procureur qui admire Si Mok et serait prête à tout pour laver la disgrâce qu’a subit son père quelques années plus tôt.

Du point de vue très froid de Si Mok, en avançant dans les épisodes, on en arrive à suspecter tour à tour tous les protagonistes, la paranoia s’installe en nous comme rarement dans des séries.

Série d’actualité et universelle, ce polar politico-judiciaire nous rappelle que trop souvent l’argent corrompt – bien plus encore que le pouvoir – et que très peu sont ceux qui arrivent à s’extirper de la tornade de déshumanisation et d’addiction que crée le pouvoir de l’argent. Une série gigantesque, réaliste, humaine, poignante, et qui vous tiendra en haleine jusqu’au dernier épisode.

Hackintosh Mini

Sujet en vogue, très bien traité dans le spécial CanardPC Hardware, les Hackintosh reviennent de plus en plus souvent dans les articles des sites ou de la presse spécialisée.

Le principal défit du Hackintosh c’est de pouvoir avoir un ordinateur au plus proche des 100% compatible avec les dernières version d’OSX. Le plus simple est donc de suivre des guides pour faire une configuration sur mesure. Malheureusement cela implique souvent de se limiter à quelques rares configurations pour les portables, au risque d’incompatibilité de certains composants qu’on ne peut modifier, ou de se construire un PC sur mesure, ce qui de facto nous amène à un format tour que je souhaitais éviter.

En grand fan (un peu malmené) du Mac Mini, je me suis mis en tête de monter un Hackintosh Mini. Pour cela je suis parti sur une configuration de Zotac, leur PC Box Magnus EN1060 avec donc une GTX 1060 dedans. Sur le principe on est sur un type de matériel proche d’un portable, avec une carte mère intégrant toutes les IOs. Les seuls composants sur lesquels vous avez la main sont: les barrettes de RAM, le slot SATA et le slot PCIE M.2 pour le sockage, la carte wifi au format NGFF qui peut *heureusement* être échangée (le support des connexions sans fils sont souvent le problème d’un Hackintosh). Le but va être de rendre cette configuration compatible (et en théorie, cela devrait permettre de faire tourner Mac OS sur les EN1060, EN1070 et EN1080 de ZOTAC).

Multibeast un des outils qui vous aide à faire une configuration de base Clover

Je dois avouer que je n’ai pas encore pris le temps de finaliser la configuration (parce que tout ce dont j’ai besoins fonctionne), mais après près de 2 mois d’utilisation, je suis vraiment FAN de ce Mac Mini dopé. Je partais d’un modèle 2014, avec un core i5 (dual) à 2,6Ghz, je me retrouve avec un core i5 (quad) à 2,7Ghz. le reste de la conf aujourd’hui ressemble à cela: un SSD M.2 Crucial de 275Go pour Winwin, un SSD SATA Samsung de 1To pour Mac OS. 16Go de RAM  et un écran 4K Acer. Afin d’avoir accès aux fonctionnalités de continuité, j’ai changé la carte Wifi NGFF de base par une DELL DW1560.

Comparé à un Mac mini en configuration au moins identique (sauf la carte graphique) je suis beaucoup moins cher. Le boitier est moins beau, mais pas horrible, il est à peine plus gros qu’un Mini, et est bien fourni en ports d’extension (1 usb-c 3.1, 1 usb 3.1, 2 usb 3, 2 usb 2, 2 hdmi, 2 displayport, 2 ports ethernet gigabit, une entrée et une sortie audio jack, bluetooth, wifi).

Je tiens à préciser que je ne suis pas un hardcare gamer, je cherche donc pas à mettre tout au max partout et tourner à 60fps ou plus. Pourtant je suis plutôt bien content du résultat obtenu, tant en FULL HD qu’en 4K. En dehors de Guild Wars 2 qui est limité par son client qui n’est pas natif Mac OS (même si cela devrait changer sous peu, pour l’instant c’est de la virtualisation cider, de transgaming -[Update: la beta test du client Mac Natif 64 bit a débuté, on a pas encore dépassé les perfs du client Cider, mais ça avance!]), tous les jeux que j’ai tournent vraiment bien:

Aujourd’hui, il me reste juste deux choses à finaliser avec ma configuration:

  • Vérifier plus en avant les paramètres d’alimentation compatibles avec mon Hackintosh (même si je suis du genre à jamais mettre en veille mon mac)
  • Vérifier les réglages pour avoir le son via HDMI/DisplayPort sur toutes les sorties (je ne l’ai que sur un DisplayPort pour le moment)

Sinon, en dehors de ces quelques détails à régler, je suis aux anges. j’ai un Mac, il est compact, il est puissant, il est pas si onéreux que ça, il est silencieux en utilisation normale, il me permet de gérer un écran 4K en 60ips contrairement au Mac Mini qui se limite à 30ips, et je n’ai pas plus de problème que j’en avais sur mon mac mini.

A savoir que la seule chose à laquelle je dois faire attention, ce sont les mises à jour, car il faut que j’attende que les drivers Nvidia soient à jour avant de mettre à jour le système.

Sinon, en dehors du splash screen Zotac Au chargement de l’EFI, on pourrait jurer que l’on est sur un Mac, et pour les chanceux qui ont un écran 4K, le mode HiRes (Retina) est reconnu avec la carte Nvidia.

 

Avec le thème que j’ai choisis pour le BootLoader CLOVER, on se croirait sur Mac OS

 

Tout est parfait, comme sur un vrai!

 

Je ne vais pas vous partager ici les détails de l’installation d’un Hackintosh car vous pourrez trouver le Canard PC dont j’ai parlé plus haut pour vous aider à cela, sinon je vous conseille le Forum d’Insanely Mac qui est bien plus accueillant pour les néophytes que celui d’en face (qui est malheureusement le plus connu et je suis arrivé dessus en premier avant de passer à Insanely Mac. d’Ailleurs un grand merci à MaLd0n qui m’a énormément aidé à finaliser la configuration sur des choses un peu complexes pour moi).

Je vous joint un lien vers mon dossier Clover, qui vous évitera d’avoir à faire toute la recherche que j’ai eu à faire. N’oubliez pas de télécharger les web drivers NVIDIA en vérifiant que c’est bien la version prévue pour votre version de Mac OS.

 

Toutes les kexts spécifiques sont dans le dossier CLOVER de la partition EFI

Ce qui m’épate le plus avec Clover – comparé aux prémices du Hackintosh avec les 10.4.7/10.5 – c’est que toutes mes extensions “spécifiques” Hackintosh – en dehors des web drivers NVIDIA – sont dans mon dossier Clover dans la partition EFI. Le volume principal “Macintosh HD” de mon SSD est exactement celui qui était sur mon Mac Mini, et si demain je le remet dans un Mac, il me suffira de désactiver les Web driver et il démarrera tel quel.

Pour moi ce mini PC a remplacé mon Mac! Et pour vous?

 

Ubiquiti Unifi

Dès que l’on est un peu au fait des infrastructures réseaux, on se ressent assez vite limité par les outils de base fournis par nos chers fournisseurs d’accès internet. Les “Box” se sont largement améliorées en terme de fonctionnalité et de réglages, cependant elles souffrent toujours d’un manque crucial de personnalisation d’un point de vue technique.

Le plus gênant étant sans doute qu’une même fonctionnalité ne s’utilisera pas de manière identique suivant le modèle et la version de la Box. Je prends pour exemple les transferts de port. Sur Cybercable impossible de transférer autre chose qu’un port ou une plage identique en entrée et en sortie, sur certaines livebox, impossible de faire une ouverture en UDP et TCP sur la même redirection, sur d’autres modèles c’est possible. Et ce n’est qu’un petit exemple, on pourrait aussi penser à l’impossibilité de passer en mode modem sur les NB6 de SFR, et autres.

Enfin, une fois sorti de l’interface web, ne comptez pas faire grand chose.

Finalement, que recherche t on dans une solution réseau plus orienté TPE/PME/SOHO/Power User ? On recherche déjà de l’efficacité, de la fiabilité, une possibilité de faire des choses qu’on ne pourrait pas faire sur du matériel standard (monitoring, agrégat de liens, double WAN, load balancing, failover, etc…)

Evidemment, on recherche tout cela, sans avoir a se diriger dans des solutions trop coûteuses et techniquement inaccessible sans certifications spécifiques (Cisco & cie).

Il existe sûrement quelques solutions, mais, comme j’ai eu la chance de pouvoir tester la solution d’Ubiquiti Networks: Unifi.

La solution de base se présente sous la forme d’un routeur, l’Unifi Secure Gateway, d’un switch, d’un point d’accès sans fil et un contrôleur (on peut passer par l’achat d’un contrôleur Unifi, le CloudKey, ou en monter un maison sur la base d’un Raspberry Pi 3). Ce contrôleur est la clef de voute de l’installation et c’est lui qui va apporter un véritable plus à cette installation, tant en facilité d’installation et de configuration , ainsi qu’en monitoring et en gestion de site.

Tout d’abord, pour un usage de Power User ou SOHO, on en a pour son argent, et cette installation apporte un véritable “plus”. La configuration est simple et on peut meme s’entrainer au préalable en créans son compte sur le site d’Ubiquiti Networks, qui va par defaut vous ajouter son site “demo”. En plus de pouvoir naviguer et tester les fonctionnalités, vous pouvez vous laisser guider par un outil de formation, qui va vous expliquer en long et en large toutes les fonctionnalités, en avançant au gré des chapitres du “Unifi Learning Center”.

Alors, à quoi ça ressemble une fois installé justement? C’est vraiment au Top, l’interface d’administration est accessible via le web (utilisez de préférence Chrome ou Firefox pour y accéder), et via les Apps Ubiquiti Unifi sur l’App Store et sur le Play Store. L’interface est propre et bien lisible, les rubriques sont bien organisées. Il faut juste s’habituer au fait que “Devices” désignes les appareils qui seront contrôlées par le Cloudkey, et que vos appareils connectés sont dans la section “Clients”.

L’interface est très intuitive et se laisse facilement découvrir clic après clic. C’est avec une facilité assez déconcertante, une fois les appareils Unifi connectés, lancés et “adoptés” par la Cloud Key, que j’ai pu définir mon réseau local, organiser mes ip fixes, définir mes redirections de ports, créer un réseau wifi invité ouvert avec un portail captif et un mot de passe simple, nommer proprement tout mes appareils connectés, assigner des IP définies sur le DHCP à certains appareils.

Une fois cela fait, on peut obtenir des graphiques topologiques de son réseau, on peut regarder l’implantation et la portée théorique des points d’accès, en rapport au plan de ses locaux. Les possibilités de configuration et de réglage des outils Ubiquiti sont assez impressionnant.

 

Le plus impressionnant est que si vous voulez atteindre des réglages qui ne sont pas dans l’interface, vous pouvez totalement le faire en CLI (Command Line Interface / Terminal / Shell) via une connexion SSH. Une fois votre configuration spéciale faite aux petits oignons, ce sera à vous de générer un fichier de configuration sur mesure qui permettra au CloudKey de ne pas perdre vos réglages hors-GUI.

Tout est fait pour que vous puissiez configurer votre réseau tel que vous le souhaitez. Je n’ai malheureusement pas encore tout testé, mais j’ai été plus qu’impressionné par l’outil et ses possibilités, par la facilité de mise en oeuvre, et la quantité d’informations remontées.

Le matériel est vraiment complet, le routeur permet de gérer un double lien internet, aussi bien en Load Balancing, qu’en FailOver. Les switch, outre le fait d’avoir un voir plus de port POE pour alimenter le cloud key et les points d’accès sans fils, gère sans problème l’agrégation de lien ethernet, aussi bien en agrégation pure qu’en FailOver. Les bornes pro sont alimentées en POE et seront donc beaucoup plus faciles à installer, impliquant aussi une plus grande simplicité à masquer le câblage.

Clairement, tout ces appareils sont résolument tournés vers le monde professionnel et amènent des fonctionnalités avancées à un prix minime, ce qui peut être d’autant plus pour les TPE/PME qui ont toujours une vision obscure du matériel informatique. Les outils d’Ubiquiti, et son CloudKey amènent du concret et des informations lisibles pour des utilisateurs ayant des bases en réseau.

Pour des utilisateurs avertis, cette suite matérielle et logicielle amène de grande possibilités et une très bonne intégration visuelle dans votre maison/entreprise. C’est un must, et je pense qu’Ubiquiti est une solution à prendre en compte lors du prochain renouvellement de votre infrastructure réseau!

Sur le chemin de l’aéroport – On the Way to the airport – 공항 가는 길

Aujourd’hui j’aimerais vous parler d’un drama Coréen, en cours de diffusion et qui me touche beaucoup. “Sur le Chemin de l’aéroport”. Pour une fois ce n’est pas un drama recommandé par ma conseillère préférée en Kdrama (qui se reconnaitra ^^), mais on me l’a fait découvert récemment sur viki.com avec les sous titres anglais et français (la classe!)

airp3-e1473012753537Seo Do Woo rencontre Choi Soo Ah

Le sujet en lui même n’est pas des plus original, même si en Corée du Sud les histoires d’adultères entre couples mariés – qui plus est avec des enfants – sont plutôt encore assez mal vu dans la société.

Pourtant malgré ce regard très accusateur de la société, sur le début du drama, j’ai pu voir une justesse dans les situation et une bienveillance dans la mise en scène et le regard de la relation, comme si elle avait été volontairement voulut par l’auteur ou le réalisateur.

Il est rare de voir un tel sujet traité avec justesse. Les émotions sont tellement fortes et intimes que souvent c’est traité soit avec un certain détachement, soit par une explosion de sentiment sur un court laps de temps. Ici, on tombe très vite sous le charme de ces deux trentenaires, approchant de leurs quarantaine, qui dans une période très compliquée de leurs couples respectifs, se retrouvent à s’apporter support dont l’un et l’autre manque cruellement à cet instant de leur vie. L’un doit faire face à une femme qui se coupe de tout sentiment pour se perdre dans la passion de son travail, l’autre doit supporter de n’être plus qu’un des “meubles” de la maison de son mari, juste bonne à suivre ses choix unilatéraux.

on-the-way-to-the-airport-poster3Kim Hye-Won / Seo Do-Woo / Choi Soo-Ah / Park Jin-Suk / Song Mi-Jin

Le plus triste dans ce drama, c’est que l’on voit les couples se perdre après une longue dérive (les problèmes de chaque couples sont ancrés dans le décor dès le début de la série et ne sont pas nouveaux), on les voit sombrer, que ce soit petit à petit sans s’en rendre compte car on se voile la face, ou de manière plus brutale avec des remises en questions.

Si je devais remettre en cause une chose dans ce drama c’est le côté trop lisse du personnage masulin principal, Seo Do-Woo qui semble trop parfait. Il est humain, fais des choix et les assume, et il arrive toujours à dire des choses justes sans pour autant contenir ses propos. Il dit et vit, comme il pense et sent.

Heureusement, en contrepartie, le personnage féminin principal, Choi Soo-Ah, est beaucoup plus terre à terre et outre le mal qu’elle éprouve à accepter l’enlisement de sa famille, et la mort de son couple, elle remet sans cesse en questions ses choix avant de se fixer un cap.

on_the_way_to_the_airport-p1
L’affiche de la série

Je pense que le plus étonnant dans ce drama c’est son universalité, son ouverture d’esprit et sa modernité. Quand on connait le point de vue en Corée du Sud sur le divorce, les familles recomposées et les relations extraconjuguales, on ne peut apprécier cette série avec le même regard d’européen décomplexé du divorce. Il y a toute une dimension d’interdit, d’inconvenanle de jugements et regards de la société, et de non dits qui pourraient peser sur la série. Malgré tout, l’auteur a eu le parti pris de ne pas s’attarder pour cela. Les amis prônent le “penser à soi” et même les grand mères restent très compréhensives et ouvertes.

“Pensez à vous, à votre vie, vivez pleinement, et faites vos choix avec votre coeur!”

Bref, “Sur le Chemin de l’aéroport” est un joli Drama à mettre devant tout les yeux 🙂


La bande annonce de la série, toute en douceur…

external-GPU J’en ai rêvé, le Thunderbolt l’a fait II

PARTIE II – LA REALISATION

Alors voila, pour commencer simplement a vous guider sur la réalisation je vais vous coller des photos et surtout le schéma de mon montage:

cof
Schéma pour l’installation électrique et le découpage du boitier.

Outre le boitier Akitio sur lequel le MOD se base et que vous trouverez ici. j’ai du me fournir ces éléments:

J’ai donc fait passer un cable de rallonge PCIe 8 broches sous les cartes logiques du boitier Akitio. Ce cable rallonge je l’ai trouvé chez ldlc, ici.

J’ai eu besoin d’un cable PCIe 6 broches avec un connecteur “profil bas” a 90º pour alimenter la carte et pouvoir fermer le boitier, et je l’ai trouvé ici.

J’ai aussi change le ventilateur d’origine en 60x60x25 par un 60x60x10 que j’ai trouve chez ldlc ici. Je ne suis pas super satisfait de ce ventilateur que je trouve trop bruyant, des que j’en trouve meilleure référence je vous le dis. Toujours est il que ce ventilateur va pouvoir se placer entre l’avant du boitier Akitio et la Grille de façade. pile poil. Du coup on gagne de la place pour la carte graphique ET on conserve la ventilation du boitier.

cof
Le ventilateur modifié.

J’ai enfin acheté un connecteur type barrel 5,5/2,5 pour alimenter le bus du boitier Akitio depuis mon alim principale, je l,ai trouve ici. (révisez bien votre Allemand! ^^)

J’ai aussi quand même utilise la dépouille d,un connecteur PCI-e pour repiquer une broche mâle et des câbles afin de faire mon court circuit pour allumer une alimentation Dell DA-2 ( on verra ca en dernier)

Le but est d’avoir un système qui s’alimente au choix, soit par une alim Dell DA-2, soit par une alimentation type ATX sur un port PCIe 6 broches. Le principe de l’alim Dell etant plus classe, mais celle que j’ai étant HS, je n’ai pu tester cette partie, et ca fait partie des améliorations a venir.

cof
La connexion entre le PCIe 8 broches et le PCIe 6 broches se fait au pied du boitier, sous la carte.
cof
Ici le cable PCIe 6 broches qui remonte vers le connecteur de la carte graphique et le sucre pour le court circuit du power on de l’alim Dell Da2.
cof
Une fois la carte graphique mise en place.
cof
Le boitier fermé.
cof
Et voila avec les trous d’aération temporaire faits.

Donc une fois cela fait j’ai rajoute mon connecteur de type “barrel”, afin de pouvoir auto-alimenter le boitier via le cable d’alim PCIe. J’ai branché la prise et j’ai fait passer le cable derrière les cartes logiques du boitier Akitio pour les souder aux prises masses et +12 respectives de la prise PCIe 6 broches

sdr
Ici la prise PCIe 6 broches avec les arrivees +12 et masse du “barrel”
cof
De l’exterieur, la prise “barrel” et l’alimentation PCIe et ses 8 cables rouges et noirs.

Pour rappel, comme outils, il vous faut, au minimum: tournevis cruciforme  et plat de petite taille, si possible un kit pour les réparations informatiques, un peu de fer a souder et d’étain, une pince pour couper les câbles, une scie ou un Dremel pour les découpes de la plaque arrière, une perceuse ou un Dremel pour l’aération du boitier.

Voila. Le concept est fonctionnel. Il manquera a faire quelques améliorations:

Un ventilateur moins bruyant.

Une meilleure aération du boitier.

une Alimentation Dell DA2 fonctionnelle.

 

 

To be continued…

external-GPU J’en ai rêvé, le Thunderbolt l’a fait

PARTIE I – LE CONCEPT

Aujourd’hui j’aimerais vous presenter une petite revolution pour vos Mac (et PC): le eGPU, la carte graphique externe.

Ce périphérique jusque la inimaginable, a cause de la limitations de la vitesse des bus externe a été rendu possible par le Thunderbolt.

Aujourd’hui, sur Mac, si vous voulez avoir du materiel avec une bonne carte graphique, vous avez un nombre de choix limité:

Les Macbook Pro retina 15 en version carte dédiée à 2799 euros

Les Mac Pro à partir de 3399 euros

Les iMac 5K à 2099 euros

Ensuite si vous avez un vieux Mac Pro vous avez encore la possibilité de changer votre carte graphique interne. Mais pour les autres?

Vous voulez pouvoir faire des travaux graphiques plus important?

Vous avez un Mac mini ou vous utilisez votre Macbook avec un écran externe?

Vous avez du Thunderbolt 1 ou 2 sur votre Mac?

Alors il existe une alternative qui vous coutera moins cher que de changer de Mac: Le eGPU

 

Ca c'est le résultat final, avec le boitier Akitio sur le cote et le mac mini sous le bureau (et l'alim qui est mon dernier point d'amelioration) mais il a fallut pas mal de boulot avant d'en arriver la. Mais le principal c'est qu'après avoir fait pas mal de recherches et de travaux, j'ai réussi! Désormais mon Mac Mini 2014 TB2 a une Geforce GTX 960 en tant que carte graphique principale!
Ca c’est le résultat final, avec le boitier Akitio sur le cote et le mac mini sous le bureau (et l’alim qui est mon dernier point d’amelioration) mais il a fallut pas mal de boulot avant d’en arriver la. Mais le principal c’est qu’après avoir fait pas mal de recherches et de travaux, j’ai réussi! Désormais mon Mac Mini 2014 TB2 a une Geforce GTX 960 en tant que carte graphique principale!

Ce qu’il faut savoir avant de choisir sa carte:

Cartes Graphiques compatibles

NVIDIA GTX 750
NVIDIA GTX 760
NVIDIA GTX 770*
NVIDIA GTX 780*
NVIDIA GTX 960
NVIDIA GTX 970
NVIDIA GTX 980
NVIDIA GTX 980 Ti*
NVIDIA GTX 1070**
NVIDIA GTX 1080**
NVIDIA GTX TITAN* Black, TITAN X*

* Alim 300W necessaire.
** Seulement sous windows, pas de drivers OSX.

Seulement des cartes graphiques avec connecteur d’alimentation PCI-e (6-pin, 8-pin, 6+6-pin, 6+8-pin).

Cartes Graphiques recommandées ( celles qui rentreront dans le boitier Akitio avec le moins de modifications ):
ZOTAC NVIDIA GTX 960, 2 GB (ZT-90310-10M) or (ZT-90301-10M)
EVGA NVIDIA GTX 960, 2 GB (02G-P4-2962-KR)
EVGA NVIDIA GTX 960, 4GB (04G-P4-3962-KR)
ZOTAC NVIDIA GTX 970, 4 GB (ZT-90101-10P)

Voici quelques images du montage et des tests:

 

nor
ici le chassis interne du boitier,arte, le ventilateur deporte sur l’exterieur, et mon alim dell (defaillante).

cof
ici test avec une autre alimentation type ATX, et un deport d’alimentation pour la prse type “barrel” du boitier Akitio.

cof
Malheureusement cette alim la n’etait pas assez stable sur les pics de puissance pour alimenter les deux.

mde
vue arrière du boitier sans la façade avec le passage des cables alim PCIe sous la carte d’alimentation du boitier Akitio.

test
Le boitier propre il n’y a plus qu’a faire des trous pour la ventilation!

cof
Boitier avec perçage de ventilation faits (à améliorer encore, mais suffisant pour mon utilisation).

cof
autre vue des aeration du boitier

cof
avec la façade arrière du boitier découpée pour le passage de cable.

Perso j’ai choisit la GTX 960 de Zotac, ca tombe bien j’en avait une. J’ai juste du demonter le panneau devant les ventilos et bouger le ventilo de la box Akitio en en mettant un plus fin a la place.

Donc on récapitule pour le materiel:

1 carte graphique PCIe

1 boitier Akitio Thunder 2 PCIe

1 cable alimentation PCIe 6 broches profile bas

1 cable PCIe en Y

1 cable rallonge alim PCIe 50 cm

1 alimentation (ATX 300W, ou DELL DA2 220W) – je détaillerais ce point un autre jour car j’ai encore des tests et ameliorations a faire

Si vous faites comme moi un ventilateur 12v de 60*60*10 pour déplacer le ventilo entre la grille avant du boitier et le boitier. je vous mettrais une reference ici des que j’en aurais trouve un plus silencieux que l’actuel.

Prévoyez une perceuse avec des forets pour le metal, voir un Dremel.

Une fois ca fait, il faut savoir ceci:

requis: Yosemite 10.10.3 ou +, El Capitan

Vous aurez besoins du script trouve sur ce site afin d’installer et configurer les drivers:

http://www.egpukit.com/

A savoir qu’il faudra surement démarrer en recovery mode pour désactiver csrutil via le terminal, comme explique sur le journal du lapin.

Mac Mini 2015 avec Geforce GFX 960 2Go - la classe!
Mac Mini 2015 avec Geforce GFX 960 2Go – la classe!

capture-decran-2016-08-01-a-13-03-42
Le boitier Akitio Thunder 2 dans le rapport système

La carte graphique correctement reconnue sous le rapport système
La carte graphique correctement reconnue sous le rapport système

 

Sous Guild Wars 2
Sous Guild Wars 2

Bien entendu il a fallut bidouiller avec quelques cables pour faire un passage d’alim propre dans le boitier, j’ai sacrifie quelques cables, mais la base de la recherche est la. Dans la seconde partie du dossier, je vous ferais un schema de l’installation ainsi qu’une liste exacte de composants et de ce que vous devez faire avec.

test
L’installation complete et (presque) propre

Aujourd’hui, le concept fonctionne, avec les elements indiques, mais je souhaite l’améliorer. Voici les remarques sur ce concept:

  1. Aucun affichage pendant le Boot – tant que le Système n’est pas a la fenêtre de login, vos écrans seront noir ( cependant, un dev travaille sur l’activation de l’affichage a l’EFI, et il a deja réussit a faire une proof of concept sur un modele de Macbook Pro)
  2. Le top du top serait d’arriver a tout faire fonctionner avec une alim Dell DA-2 220W (prévue pour les DELL OPTIPLEX) avec une auto-alimentation du boitier Akitio via cette alimentation. J’ai tente avec une alim d’occasion mais elle ne gérait pas bien les pics d’alimentation, ce qui la mettait en sécurité.
  3. En dehors du fait d’avoir un boitier de plus, je trouve le concept totalement dingue, il n’y a malheureusement qu’avec le Thunderbolt 3 que les fabricants feront des boitiers dédiés (le boitier Akitio n’etant pas prevu pour les cartes graphiques a la base)

PARTIE II – LA REALISATION (soon)